Fleur Bleue

Les Femmes Exemplaires dans le Coran


Louange à Allah, que la prière et le salut soient sur son prophète Mohamed sur sa famille et sur tous ceux qui le suivent jusqu’au jour de la résurrection.


Les femmes du Prophète

Les épouses du Messager de Dieu (saw) sont les mères des Croyants. Ce sont elles les croyantes, les musulmanes, les pleines d’humble dévotion à Dieu, les repentantes et celles qui se consacrent entièrement à son Adoration. Le Prophète les a épousées vierges ou veuves. Elles arrivèrent au sommet de la gloire, obtinrent la satisfaction de Dieu et de son Messager (saw) et devinrent un modèle que toute musulmane devrait suivre. Elles se sont purifiées des souillures de l’ère antéislamique.

a) Khadija

Le moyen de subsistance des Quraychites était le commerce. Khadija bint Khowaylid appartenait aux banou Asad Ibn Abd Al-ozza Ibn Qasiy. Elle était riche et spéculait avec son argent par l’intermédiaire de quelques hommes qui avaient gagné sa confiance. Quand elle écouta parler de l’honnêteté du messager d’Allah (saw) et de sa loyauté (on le nommait Al amin, c’est-à-dire le loyal), elle l’appela chez elle, et lui proposa de voyager en Syrie pour faire du commerce. Elle lui promit de le payer plus qu’elle ne paya les autres hommes qui travaillèrent pour elle. Le messager d’Allah (saw) accepta, et voyagea avec le serviteur de Khadija, Maïsara. Il fit ses négoces et retourna avec de grands bénéfices.

Maïsara vit pendant ce voyage beaucoup de bénédictions du Prophète (saw), et comment Allah l’avait honoré. Quand il arriva en Syrie, il s’assit sous un arbre près de l’ermitage d’un moine qui dit à Maïsara :

« Personne ne s’assoit sous cet arbre, si ce n’est un Prophète. »

Maïsara voyait le messager d’Allah, protégé de la chaleur du soleil, sans ombrelle, voyageant sur son chameau.

Lorsque Maïsara retourna chez Khadija, et l’informa de ce qu’il eut vu des bénédictions du Prophète (saw), elle appela Mohammed (saw), et lui dit :

« Oh cousin ! Je te désire à cause des liens familiaux qui nous attachent, et à cause de ta loyauté et de ta sincérité. »

Khadija était une femme désirable grâce à la noblesse de son lignage et sa grande valeur parmi son peuple. Le Prophète (saw) exposa l’affaire à ses oncles qui consentirent.

Ils allèrent chez elle et contractèrent leur mariage. Khadija était âgée de 40 ans, et le Prophète (saw) de 25 ans. Le Prophète ne contracta aucun autre mariage durant sa vie conjugale avec Khadija. Elle mourut trois années avant l’hégire. Elle lui donna tous ses fils à l’exception de Ibrahim. Leur premier fils était Al-Qasim, du nom duquel on a surnommé le messager d’Allah (saw). Puis Zaynab, Ruqayyah, Oum Kulthum, Fatima, et Abdullah qu’on a surnommé At-tayyib et At-tahir.

Khadija, avant d’épouser Mohammad (saw) était mariée avec un homme appelé Abou Hala, à qui elle donna un fils nommé Haná.

b) Les autres épouses du Prophète (saw)

Quelques jours après la mort de Khadija, le Prophète se maria avec :

– Sawda bint Zam’ a al -‘amiriyya Al -qorachiyya. Elle était parmi les premiers croyants. Elle immigra avec son mari en Abyssinie, lors de la deuxième hégire. De retour, il mourut, alors, le Prophète (saw)l’épousa.

C’est elle qui céda le jour qu’elle consacrait au Prophète à Aicha.

– Puis il contracta les fiançailles avec Aicha bint Abou Bakr As -Siddiq (à eux la satisfaction d’Allah). C’était sa femme la plus aimée parmi ses épouses. Elle était la plus savante parmi les femmes de la communauté. Les grands compagnons du Prophète (saw) cherchèrent ses opinions et la consultèrent. Jamais le Prophète(saw) ne reçut la révélation dans le lit d’une femme, sinon Aicha

– Le Prophète(saw) épousa Hafsa bint Omar Ibn Al-Khattâb.

– Puis, il se maria avec Zaynab bint Khuzayma Ibn Al-Harith al-qaysiyya qui mourut deux mois après le mariage.

– Le messager d’Allah (saw) épousa alors Oum Salama, Hind bint Abou Omayya al-qorachiyya al-makhzoumiyya.

– Après, il se maria avec Zaynab bint Jahch, des banou Asad ibn Khuzayma.

– Puis avec Jowayriya bint Al -Harith, des banou Al-mostaliq. Elle était parmi les captifs des banou Al – mostaliq. Après l’avoir libérée, le Prophète (saw) l’épousa pour encourager les musulmans à faire comme lui. Ils libérèrent ainsi toutes les femmes qu’ils avaient capturées, des banou Al -mostailq, par respect à l’alliance du mariage qui se noua dès lors entre le messager d’Allah (saw) et les banou Al -mostaliq qui se convertirent à l’Islam sans exception.

Il n’y a pas parmi les femmes, une, qui, comme Jowayriya, apporta un si grand bonheur à sa communauté.

– Puis avec Safiyya bint Hayy Ibn Akhtab, le chef de banou An-nadiv.

– Il épousa aussi Maymouna bint Al -Harith Al -hilaliyya qui était la dernière femme avec laquelle il contracta un mariage.

Le Prophète (saw) mourut et laissa neuf veuves :

Aicha, Hafsa, Zainab bint Jahch, Oum Salama, Safiyya, Oum Habiba, Maymouna, Sawda et Jowayria.

La première femme qui mourut après lui fut Zaynab bint Jahch, et la deuxième Oum Salama.

Maria Al-qibtiyya (la copte) donna un fils Ibrahim, au messager d’Allah (saw), qui mourut avant le sevrage, la deuxième année après l’hégire.

Conclusion

Les versets du Coran ont affirmé la noblesse des épouses du Prophète (saw) et leur supériorité sur le reste des femmes. Cette noblesse n’est pas due à leur famille, ou à leur pouvoir, ou à leurs richesses, ou à leur beauté.

Elles n’étaient pas toutes au plus haut degré de ces considérations mais on les a honorées à cause de leur position dans cette première société islamique.

Le Coran a voulu montrer le haut degré de leur moralité et leur influence sur leur société qu’on considère comme le premier noyau de toutes les sociétés islamiques à venir.

Dieu exalté a dit :

« Le Prophète est plus digne de l’amour et de l’obéissance des Croyants que leurs propres personnes.
Ses épouses sont leurs mères et les parents sont plus dignes d’hériter les uns des autres que ceux qui n’ont d’autre lien que leur qualité de Croyants et de réfugiés de la Mecque ; à moins que vous ne fassiez quelque honnête donation à vos protégés et cela est inscrit dans le Livre »

(Coran 33 Verset 6)

Elles sont pour eux un bon exemple à suivre. Ils gagnent beaucoup à avoir leur conduite et à tirer leçon de leur façon de supporter les peines de la vie et de résoudre ses problèmes.

Le verset peut aussi faire sentir le don que Dieu leur a accordé de pouvoir supporter les charges de mères des Croyants.

Dieu exalté a dit :

« O femmes du Prophète! Vous n’êtes pas comme le commun des femmes si vous êtes pieuses. Ne parlez pas (aux hommes) sur un ton soumis (à force d’être aimable) car cela pourrait susciter la convoitise de celui qui a quelque maladie au cœur, mais parlez sur un ton franc et net. »

(Coran 33 Verset 32 )

Il a dit aussi : 

« Restez dans vos maisons et n’étalez pas coquettement votre beauté à la manière de l’ancienne anarchie antéislamique. Pratiquez scrupuleusement la prière, donnez l’aumône légale et obéissez à Dieu et à son messager.
Dieu ne veut que vous débarrasser de toute souillure, Ö gens de la maison (du Prophète) et veut vous purifier à fond »

(Coran 33 Verset 33)

« Gardez en mémoire ce qu’on récite dans vos maisons comme versets de Dieu et sagesse. Dieu est infiniment Doux et parfaitement Informé. »

(Coran 33 Verset 34)

Leurs responsabilités étaient donc plus lourdes. Elles prirent part avec le Messager de Dieu (saw) à la bataille du renouvellement propageant la vertu et dissipant les nuages du vice en obéissant à Dieu et à son Messager (saw) et en exhortant les gens à consolider toujours plus les bases de l’Islam en tant que culte et champ d’action.

Quelques mères de Prophètes

Le Coran a honoré certaines femmes en les faisant devenir les mères de Prophètes.

La mère de Moïse (as).

Le fait de croire à la réalité des choses et à la révélation du ciel, le sacrifice de tout ce qui est cher au service de la vérité et de la justice, le fait de se soumettre au Décret et à la détermination et de tenir bon dans le combat contre l’errance, voilà les plus hautes positions adoptées par la mère de Moïse, salut de Dieu sur elle.

C’est pour cela que Dieu lui ramena la sérénité et le bonheur de son cœur en lui rendant son enfant et lui prédestina l’immortalité.

Dieu exalté a dit :

« Nous inspirâmes à la mère de Moïse :  » Allaite – le  » »

(Coran 28 verset 7)

« Le chagrin remplit alors le cœur de la mère de Moïse et elle l’aurait bien crié si Nous ne lui avions pas renforcé son âme pour qu’elle fasse partie des Croyants »

(Coran 28 Verset 10)

« Quand nous inspirâmes à ta Mère ce qui s’inspire »

(Coran 20 verset 38)

Telles furent les caractéristiques de la mère du prophète Moïse (saw) et telle fut son affection maternelle qui lui fit hériter de l’immortalité.

Sa patience et sa foi lui permirent d’affronter les difficultés et de prendre part aux combats les plus durs. Elle lutta avec sa vie pour faire prévaloir la vérité et la justice et pour imposer les principes élevés capables d’anéantir l’injustice et la tyrannie.

La mère de Jésus (as)

Marie était la mère de Jésus(as). Elle combattait au service de Dieu et Dieu lui prédestina la victoire, la prédominance et l’immortalité grâce à ses prosternations, à son humble dévotion, à sa sincérité et à sa chasteté. Elle croyait aux Messagers de Dieu (as). C’est pour cela qu’elle fut un guide et une mère pour Son Prophète Jésus (as). Elle était de même un signe pour les humains. Dieu exalté a dit :

« Et lorsque les Anges dirent :  » O Marie ! Dieu t’a élue, t’a purifié et t’a élue au-dessus des femmes des Humains  » »

(Coran 3 Verset 42)

« O Marie ! sois pleine de dévotion à ton Seigneur, prosterne-toi et courbe-toi avec ceux qui se courbent »

(Coran 3 Verset 43)

« Nous fîmes du fils de Marie et de sa mère un signe et Nous leur donnâmes asile sur une colline »

(Coran 23 Verset 50)

C’était la femme aux nobles origines et à la chasteté irréprochable. Certains de son peuple firent d’elle un portrait confirmant sa noblesse selon ces paroles de Dieu :

« O sœur de Aaron ! Ton père n’a jamais été un homme licencieux et Ta mère n’a jamais été une femme aux mœurs légères »

(Coran 19 Verset 28)

Marie avait les caractéristiques des humains élus de Dieu et parfaitement véridiques.

La mère de Mohammed (saw)

Abdullah, père du Prophète (saw) avait épousé Amina à l’âge de 18 ans.

Amina était la plus noble et la plus vertueuse des femmes Quraychites. De la première nuit nuptiale, elle conçut le messager d’Allah (saw)

Après la période de grossesse, elle l’engendra à la Sainte Mecque, le 12 du mois de Rabi’ Al-Awwal, pendant l’année de l’éléphant (‘âm al-fil) qui, correspond à l’an 571.

Son accoucheuse fut Ach-chifa’Ommo’Abd Ar-rahmân ibn’awf.

Elle allaita son enfant quelques jours, puis selon la coutume le confia à Halima, fille de Abou Dhou-ayb as-sa’diyya.

Quand Halima l’emmena chez sa mère, il avait 4 ans et resta à son domicile maternel.

Amina voyagea avec son fils à Médine pour visiter sa famille

Elle mourut dans le chemin de retour de Médine à la Mecque, dans la région de Al-abwa non loin de Médine, et fut enterrée là-bas.

Quelques femmes exemplaires que le Coran a honorées

Les versets du Coran ont parfois nommé certaines personnalités féminines et se sont d’autres fois contentés de les désigner par leurs fils, leurs époux ou leurs tribus comme le font d’habitude les Arabes.

La Femme de Pharaon.

Dieu en a fait l’exemple de la foi et du jugement sain. Il a dit :

« Dieu fit un exemple de ceux qui ont cru de la femme de Pharaon quand elle dit : « Seigneur ! Construis-moi auprès de Toi une maison au Paradis. Sauve-moi de Pharaon et de ses agissements et sauve -moi de la gent injustice »

(Coran 66 Verset 11)

Cette femme était une fleur épanouie, ayant vécu dans l’enfer de la mécréance et dans sa tyrannie. Mais, malgré cela, sa dévotion et sa foi en son Seigneur l’élevèrent à l’honneur d’être un exemple et un modèle pour les Croyants. Elle se plaignit à son Seigneur et lui demande de la sauver de le tyrannie despotique de son mari Pharaon et de l’errance de son peuple.

Dieu l’honora en lui envoyant le bel enfant Moïse qu’elle adopta aussitôt.

La femme de ‘Imran, la mère de Marie

Les nobles versets ont fait l’éloge du vœu prononcé par la femme de ‘Imran. Elle se montre exclusivement dévouée à Dieu et lui réserve l’enfant qu’elle porte dans son sein pour servir Son temple. Dieu a effectivement exaucé sa prière et ce fut la naissance de sa fille Marie que Dieu avait élue au-dessus de toutes les autres femmes.

Dieu exalté a dit :

« Lorsque la femme de ‘Imran dit :  » Seigneur! Je Te voue ce qui est dans mon sein, libéré de toute autre attache. Agrée mon offrande, Tu es le parfait Audiant et le parfait Sachant »

(Coran 3 Verset 35)

« Lorsqu’elle l’eut mise au monde, elle dit :
 » Seigneur ! Je l’ai mise femelle « et Dieu est plus averti de ce qu’elle a mis et le mâle n’est pas comme la femelle.
 » Je l’ai nommée Marie (Myriam) et je la mets sous Ta protection ainsi que sa progéniture contre le Démon lapidé »

(Coran 3 Verset 36)

« Son Seigneur l’agréa d’une bonne manière et la fit pousser d’une belle façon. Il la fit prendre en charge par Zacharie. Chaque fois que Zacharie la surprenait chez elle, dans le sanctuaire, il trouvait à ses côtés une subsistance. Il lui dit: « D’où te vient cela, Marie ? « Elle dit :  » Cela vient de Dieu « Certes, Dieu donne à qui Il veut sans compter. »

(Coran 3 Verset 37)

Elle adresse ses prières uniquement à Dieu, voulant qu’Il agrée sa nouvelle – née d’une bonne manière et qu’Il la préserve des coups d’aiguillon du Démon lapidé. Dieu agréa l’offrande de cette mère et réserva à Marie une position noble et un haut rang. Elle est en effet la mère du Prophète Jésus (as)

La femme d’Abraham (as) que Dieu a citée plus d’une fois dans le Coran

« Il se retira discrètement parmi les siens pour rapporter un veau gras »

(Coran 51 Verset 26)

« Sa femme s’avança alors en poussant un cri et en se frappant le visage Elle dit :  » Une vieille femme stérile (comment peut-elle donner des enfants ?) « 
 » Elle dit :  » Malheur à moi ! Est-ce que je donne naissance alors que je suis une vieille femme et que mon mari que voici est en pleine vieillesse ? C’est là vraiment une chose bien étonnante »

(Coran 11 verset 72)

« Ils dirent  » Est-ce que tu t’étonnes de la décision de Dieu ? Que la miséricorde de Dieu et Ses bénédictions soient sur vous, gens de la maison ! Il est vraiment digne de louange et de glorification »

(Coran 11 Verset 73)

« Sa femme était debout (en prière) et elle eut (brusquement) ses règles. Nous lui annonçâmes alors la bonne nouvelle (de la prochaine naissance) d’Isaac et, derrière Isaac, Jacob »

(Coran 11 Verset 71)

La femme d’Abraham s’étonna de pouvoir produire un enfant malgré son âge avancé et sa stérilité. Quand les Anges lui annoncèrent la prochaine naissance de Isaac suivi de Jacob, elle se frappa le visage dans un moment d’inattention de sa part puisqu’elle avait oublié qu’elle appartenait à une noble maison croyant en Dieu et vouant exclusivement son adoration au Créateur unique.

Or Dieu donne abondamment Ses bienfaits à qui Il veut de Ses esclaves car Sa sagesse et Sa science sont infinies.

La femme de Zacharie

Dieu exalté a dit :

« J’ai craint les gens de ma famille après moi et voilà que ma femme est stérile. Accorde-moi donc de Ta part un successeur »

(Coran 19 Verset 5)

Il dit :

« Seigneur !Comment pourrais-je avoir un garçon alors que ma femme est stérile et que j’ai bel et bien atteint un âge avancé ? »

(Coran 19 Verset 8)

Zacharie parla ainsi à son Seigneur et Le pria de lui accorder un garçon pour l’aider dans sa vieillesse et pour le défendre des intrigues des ennemis et des injustes.

Sa femme était stérile. Comme il consacrait toute sa vie au culte et à l’adoration de Dieu, Dieu exauça son vœu et lui annonça la prochaine naissance d’un garçon.

Une telle annonce était trop grande pour son esprit si bien qu’il s’en étonna en rappelant son âge avancé et la stérilité de sa femme

Comment une femme stérile pouvait-elle enfanter ?

Comment un vieillard de son âge pouvait-il être père ?

Mais il s’agit de Dieu, nulle autre divinité que Lui, qui agit dans Son royaume comme Il veut.

Zacharie eut donc un enfant de sa femme stérile.

Les filles de Loth

Dieu exalté a dit :

« Il dit :  » Voici mes filles si vous voulez faire (quelque chose )  » »

(Coran 15 Verset 71)

« Son peuple arriva vers lui en courant. Or, ils faisaient auparavant les mauvaises choses. Il dit :
 » O mon peuple ! Mes filles que voilà seraient plus pures pour vous.
 » Craignez Dieu et ne me couvrez point d’opprobre à propos de mes hôtes. N’y a-t-il donc pas parmi vous un seul homme raisonnable ?  » »

(Coran 11 Verset 78)

Ils dirent :

« Tu sais très bien que nous n’avons aucun droit sur tes filles et tu sais très bien ce que nous voulons »

(Coran 11 Verset 79)

Les filles de Loth sont citées ici d’une façon indirecte car le discours voulait fustiger le peuple de Loth et leur comportement immoral. Ils se détournaient en effet des femmes pour s’adresser aux garçons pour satisfaire leur instinct sexuel. Il y avait donc de leur part une injustice à l’encontre des femmes sur lesquelles ils prétendaient n’avoir aucun droit

Balkis, la reine de Saba

C’était la femme sage et réfléchie dont les versets exposèrent les phases de sa conversion et ont fait l’éloge de sa haute compétence dans l’administration de son peuple.

Dieu exalté dit :

« J’ai trouvé qu’ils avaient pour roi une femme ,qu’elle avait été dotée de toutes sortes d’avantages et qu’elle avait un trône superbe »

(Coran 27 Verset 23)

Mais elle associait à Dieu d’autres divinités et se prosternait au soleil :

« Je l’ai trouvée, elle et son peuple, se prosternant devant le soleil plutôt qu’à Dieu. Le Diable leur a embelli leurs actes et, les ayant repoussés loin de la voie, ils ne trouvent plus la bonne direction »

(Coran 27 Verset 24)

« Elle dit :  » O éminents seigneurs ! On vient de me jeter une noble lettre » 

(Coran 27 Verset 29)

« Elle dit :  » O dignitaires de la cour !Donnez-moi votre avis dans cette affaire qui me touche et je ne prends jamais de décision qu’en votre présence »

(Coran 27 Verset 32)

« Ils dirent : « Nous disposons d’une grande force et nous sommes durs au combat et la décision revient à toi. Réfléchis à ce que tu vas ordonner »

(Coran 27 Verset 33)

« Elle dit :  » Quand les rois entrent dans une cité ils la corrompent, humilient ses personnalités les plus hautes et c’est ainsi qu’ils agissent »

(Coran 27 Verset 34)

« Je vais leur envoyer un cadeau et voir quelle réponse vont rapporter les messagers »

(Coran 27 Verset 35)

« Il dit :  » Rendez-lui son trône méconnaissable afin que nous voyions si elle va ou non le reconnaître »

(Coran 27 Verset 41)

Quand elle arriva on dit :

« « Est-ce que ton trône est ainsi ? « 
Elle dit : On dirait que c’est lui. Nous avons su avant cela (que tu étais un vrai messager) et nous étions déjà musulmans (soumis à Dieu) »

(Coran 27 Verset 42)

« C’est ce qu’elle adorait auparavant en dehors de Dieu qui l’avait repoussée (du droit chemin) car elle appartenait à un peuple de mécréants »

(Coran 27 Verset 43)

« On lui dit :  » Entre dans le palais « 
Quand elle le vit, elle le prit pour une grande pièce d’eau et retroussa ses vêtements sur ses jambes. Il dit : « C’est une grande construction toute recouverte de cristal poli « 
Elle dit alors : « Seigneur ! Je me suis fait du tort à moi-même et je me soumets avec Salomon à Dieu, le Seigneur et Maitre des univers »

(Coran 27 Verset 44)

Elle était donc cette femme sage, préoccupée de l’objet de sa foi et sa puissance et son immense pouvoir ne la trompèrent point.

Elle régna sur son peuple qui adorait le soleil et ils étaient très forts

Quand Salomon l’invita à la vraie religion, lui rendit son trône méconnaissable, lui montra la réalité de la bonne direction et lui fit paraître la signification du monothéisme, elle répondit à son invitation et se soumit à Dieu, Seigneur et Maitre des univers.


Et Allah seul détient La Vérité
Sur ce, Que la Paix de Dieu soit sur vous et vous accompagne partout où vous êtes.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer