Mes Lettres

Rappel du Vendredi : S’empresser pour faire le bien


Louange à Allah, que la prière et le salut soient sur son prophète Mohamed sur sa famille et sur tous ceux qui le suivent jusqu’au jour de la résurrection.


Mes frères de foi.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allah, Lui seul n’a pas d’associé. Il a envoyé Son messager avec l’enseignement de droiture et la religion de la vérité. Je témoigne que notre maître Mohammad est Son esclave et Son messager. Que Allah l’honore ainsi que tous les messagers qu’Il a envoyés.

Esclaves d’Allah, faites preuve de piété à l’égard d’Allah, Lui Qui dit dans Son Livre qui ne comporte pas d’incohérence :

« Tout ce que vous accomplissez comme bien dans ce bas-monde, vous en trouverez les récompenses qu’Allah vous accorde, et qui valent mieux que ce que vous avez fait. » 

(Coran 73 Verset 20)

Et le Messager de Allah (saw) dit :

« Chaque homme qui sort pour rendre visite à un malade le soir sera accompagné par 70 000 anges qui demandent pardon en sa faveur jusqu’au matin et il aura un jardin au Paradis ; et celui qui sort au matin pour rendre visite à un malade sera accompagné par 70 000 anges qui demandent pardon en sa faveur jusqu’au soir et il aura des palmiers au paradis. » 

(Rapporté par Al-Hakim dans Al-Moustadrak)

Mes frères en Islam, l’Islam est une religion éminente dans laquelle Allah nous a légiféré ce qui est de notre bien dans le bas-monde et notre réussite dans l’au-delà. Il agrée pour nous cette religion de rectitude, et quelles que soient les tentatives de ses ennemis pour lui porter atteinte, pour lui nuire ainsi qu’aux musulmans, quelles que soient les fausses rumeurs et les calomnies qu’ils essaient de diffuser, ils seront sans aucun doute incapables de trouver un seul défaut ou une seule carence dans cette religion. La religion de l’Islam est parfaite, elle ne comporte ni manque, ni défaut.

Le Messager éminent a accordé une grande importance à l’organisation des relations sociales entre les musulmans. Il a ainsi fortement incité à agir avec bienfaisance envers les parents, à leur obéir, à entretenir les relations avec les proches parents et à rendre visite aux malades. Tandis que dans les sociétés éloignées de l’Islam et de l’application de ses préceptes, nous constatons la dislocation des liens entre les membres d’une même famille.

En effet, quand une fille atteint un certain âge, elle quitte l’obéissance à ses parents, elle vit en commun avec qui elle veut et fait ce que bon lui semble ; et il en est de même pour les jeunes hommes. On trouve le frère qui ne connaît pas son propre frère et le fils qui ne connaît pas son oncle paternel, l’épouse qui a des amants et le mari qui a des maîtresses. Cela entraîne la déchirure de la famille, ce qui entraîne habituellement la déchirure de la société toute entière et des pays dans leur ensemble, en plus du châtiment dans l’au-delà pour celui qui ne se repent pas. Tout cela, à cause de l’éloignement des préceptes du Prophète de bonne guidée, notre maître Mohammad.

Mon frère musulman, il y a dans le hadith du Messager d’Allah que nous avons cité au début de notre discours, un appel à la solidarité, à l’amour et à l’harmonie. Le musulman qui rend visite à un malade musulman au soir, c’est-à-dire après le coucher du soleil, sera accompagné par soixante-dix mille anges qui demanderont le pardon en sa faveur jusqu’au matin et il aura un jardin au Paradis. Et celui qui sort pour rendre visite à un malade au matin, c’est-à-dire après l’aube, sera accompagné par soixante-dix mille anges qui demandent pardon en sa faveur jusqu’au soir et il aura un jardin au Paradis.

Celui qui sort tôt pour rendre visite au malade musulman aura une récompense plus grande. S’il lui rend visite juste après le lever du soleil, il aura encore plus de profit et d’utilité que s’il lui rendait visite après le début du temps du Dhouhr car les anges l’accompagnent depuis qu’il est sorti rendre visite à ce malade musulman et demandent le pardon en sa faveur jusqu’à la fin de la journée.

Également, celui qui veut rendre visite à un malade après le coucher du soleil, s’il y va tôt, il aura plus de récompenses que s’il était sorti deux ou trois heures après le coucher du soleil.

Parmi ce que gagne le musulman en rendant visite à son frère malade, c’est qu’Allah lui accorde un jardin au Paradis. Et un jardin au Paradis est meilleur que le bas-monde et tout ce qu’il comporte. Il n’y a pas un seul arbre au Paradis sans que son tronc soit en or et sans que ses fruits soient disponibles en permanence, pour l’éternité. Chaque fois qu’un habitant du Paradis cueille un fruit, il vient à sa place un fruit semblable à celui qu’il a cueilli. Et le goût du fruit du Paradis est sans comparaison avec le goût du fruit du bas-monde. Leur odeur aussi est sans rapport avec l’odeur des fruits du bas-monde.

Pour ce qui est de l’aspect également, il n’y a aucun rapport entre les fruits du Paradis et les fruits du bas-monde. Sauf que la dénomination est la même, le nom est le même. Ici, dans ce bas-monde, il y a des palmiers, des dattes de différentes catégories, il y a des pommes et des figues. Au Paradis également, il y a des palmiers, des dattes de différentes catégories, des pommes, des figues et autres encore. Les fruits du Paradis ont le même nom que les fruits du bas-monde mais le goût, l’aspect et l’odeur sont différents.

Grâce à cette bonne œuvre, ô toi mon frère musulman, à savoir de rendre visite à un malade musulman, Allah accorde au musulman qui a rendu visite à son frère malade, cette récompense éminente. Mais il est une condition que sa visite soit accomplie par recherche de l’agrément d’Allah Lui Seul, c’est-à-dire qu’il mette l’intention quand il va rendre visite à son frère malade musulman, de le faire par recherche de l’agrément de Allah, c’est-à-dire pour avoir des récompenses de la part de Allah.

Quant à celui qui rend visite à un malade en se disant en lui-même : « Je vais le visiter maintenant afin qu’il agisse en réciproque avec moi quand il sera guéri ! », sa visite n’est pas par recherche de l’agrément de Allah. Il en est de même pour celui qui rend visite à un malade afin qu’on dise de lui : « Untel entretient ses amitiés et ses engagements », celui-là n’aura pas de récompense, il s’est chargé au contraire du péché de l’insincérité, qui est un grand péché.

Mon frère musulman, le Messager a incité sa communauté à prendre l’initiative et à s’empresser pour faire les bonnes œuvres, à s’empresser pour accomplir les actes d’obéissance, à régler les affaires des gens.

Ainsi le Prophète a dit :

« Empressez-vous d’accomplir les bonnes œuvres ! » 

(Rapporté par Mouslim)

Et il a dit :

« Celui qui délivre un croyant d’un des tourments du bas-monde, Allah le délivre d’un des tourments du Jour du jugement. Et celui qui facilite à quelqu’un qui est en difficulté, Allah lui facilite dans le bas-monde et dans l’au-delà. Et celui qui contribue pour qu’un musulman ne soit pas dévoilé, Allah ne le dévoile pas dans le bas-monde et dans l’au-delà. Et Allah accorde Son aide à l’esclave tant que l’esclave aide son frère. » 

(Rapporté par Muslim)

Mes frères de foi, n’est-ce pas qu’il convient que nous nous attachions aux propos du Prophète, que nous visitions les malades, que nous délivrions ceux qui sont tourmentés de leur tourment, que nous facilitions à ceux qui sont dans la difficulté, que nous réglions les affaires de ceux qui sont dans le besoin, que nous tendions la main de l’aide et du secours à ceux qui sont dans les épreuves parmi nos frères musulmans. N’est-ce pas qu’il y a parmi nous celui qui est privé, celui qui est pauvre, celui qui n’a rien, celui qui est orphelin ? N’est-ce pas qu’il y a parmi nous celui qui est riche, qui est aisé, qui est capable de combler les besoins des nécessiteux ?

Mon frère honorable, en rendant visite à ton frère malade, tu le soulages de ses douleurs, tu l’aides à patienter. Demande après ton frère qui est tourmenté, cela le délivre d’une part de ses tourments et de ses chagrins. Ton renfort, ton aide envers ton frère qui est privé ou dans le besoin va introduire la joie dans son cœur et l’aider à obéir à Allah.

Le Messager d’Allah (saw) a dit :

« Ne négliges aucun bien que tu peux faire, ne fût-ce qu’en venant à la rencontre de ton frère avec un visage souriant. » 

(Rapporté par Muslim)

Voilà donc mon frère musulman l’une des bonnes actions les plus faciles, c’est-à-dire que tu viennes à la rencontre de ton frère musulman avec un visage souriant. Et tu introduis ainsi la joie dans son cœur.

Mon frère musulman, remercie Allah pour les bienfaits de l’Islam, pour l’envoi du Prophète Mohammad, le meilleur des gens et demande à Allah de te mettre au nombre de ceux qui s’empressent pour accomplir les bonnes œuvres, de ceux qui prennent l’initiative pour accomplir les actes d’obéissances et de bienfaisance. Certes, Allah est Celui Qui entend et Qui exauce.

Ô Allah, améliore nos états, fais que, à notre fin, nos œuvres soient vertueuses. Et fais que nous soyons au nombre de ceux qui réussissent et de ceux qui sont gagnants dans l’au-delà, ô Toi le Seigneur des Mondes.


Et Allah seul détient La Vérité
Sur ce, Que la Paix de Dieu soit sur vous et vous accompagne partout où vous êtes.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer