Les Récits de la Tradition

Barciça et les ruses de sheytan


Les ruses et les méthodes du sheytan, sont nombreuses, indénombrables mais il y a 7 ruses qu’il emploi essentiellement. Et ses ruses sont graduelles, de la plus violente, la plus brutale, celle qui cause le plus gros trouble, soucis, à la moins violente, celle qui cause le moins de trouble. Il tente le tout pour le tout, et n’oublions pas qu’il est sorti de la miséricorde de Dieu. Dans le coran Allah dit  

« Dieu dit : sort de cet endroit (de ce Paradis) parce que tu es maudits »
(Coran 15 Verset 36)

Ainsi sheytan est non seulement sorti du paradis, mais aussi sorti complètement de la miséricorde de Dieu.

Sheytan a demandé à Allah un délai jusqu’au jour du jugement pour perdre les gens, avec le temps et les millier d’années écoulées, il s’est perfectionné dans sa stratégie, dans sa manière de diviser les gens entre eux pour les envoyer vers la malédiction de Allah, mais il n’a aucune d’emprise, ni aucun poids contre les musulmans et contre toute personne attachée au coran et à la sounna du Prophète Mohammed (saw).       

La première ruse du sheytan pour essayer de détourner les gens de Dieu c’est de tendre des embuscades pour mettre les gens dans la mécréance, si le musulman n’est pas dans ce critère-là alors sheytan va lui tendre le piège de l’hérésie c’est à dire de l’apostasie, de renier et de rejeter l’islam. S’il n’arrive pas alors il lui fait faire les grands péchés, s’il n’arrive pas il lui fait faire les « petits péchés » Et si malgré cela le musulman résiste, il l’incite à appliquer des choses et des actes qui sont permis dans le but de lui faire négliger les devoirs qui relèvent de l’adoration. Et si le musulman arrive à résister encore à cela, sheytan lui fait faire les actes les moins préférés au détriment des actes les plus préférés et si sheytan au bout de ces 6ème ruses n’arrive toujours pas à avoir d’emprise sur lui alors il lui envoie le 7ème piège. Quoi qu’il arrive le musulman est toujours en proie au sheytan, pas dans le sens d’être dépendant de lui mais dans le sens ou le sheytan ne lâchera pas le musulman jusqu’à la fin de sa vie.        

C’est pour cela que lorsque le musulman est en doute dans quelque chose, Allah nous renvoie à ce verset    
« Si tu es en doute sur ce que nous avons fait descendre sur toi interroge ceux qui lisent le livre révélé avant toi » 
(Coran 10 Verset 94)

Et ça nous renvoie en tant que musulman que lorsqu’on est dans le doute ou lorsqu’on craint quelque chose, de s’en remettre à Allah.  
« Demande la protection auprès d’Allah parce que c’est lui qui entend et qui sait »
(Coran 7 Verset 200)

Il entend la plainte et sait comment la résoudre, Il est celui qui entend et Il est celui qui a le pouvoir, la capacité et la science pour nous sortir des larmes, des peurs, des tourments et épreuves qu’on peut subir.

Le compagnon Ibn Abbas (ra) nous rapporte un récit justement sur les ruses et les méfaits de sheytan, un récit que l’on peut retrouver dans l’ouvrage « le sabre tranchant contre les magiciens méchants ».       

C’est l’histoire d’un homme qui s’appelle Barciça, il était tellement pieux qu’il passa 70 ans de sa vie sans commettre le moindre péché même pas pour un clin d’œil. Iblis a tenté de le tromper de le détourner avec ses ruses mais il n’a jamais réussi. Un jour Iblis désespéré de ce Barciça, a convoqué et appelé tous ses shayatin, et leur dit :
« Y a-t-il parmi vous quelqu’un capable de trouver une combine, une ruse pour sortir Barciça de sa dévotion, de sa piété et de son adoration envers Allah ? »       
Un des shayatin nommé al abyad (le plus blanc) s’est levé et dit :
« Moi, je peux le faire, je suis capable de le sortir de ses dévotions, de ses adorations et de ses prières, et de l’amener vers un très grand Haram »     

Alors sheytan al abyad est parti prendre des habits de moine, des vêtements simples pour prendre l’apparence d’un dévot, d’une personne pieuse tout comme Barciça, il se rasa le milieu du crâne et parti à l’ermitage, là où vivait Barciça reclus dans son habitation ou il faisait ses adorations.       
Il partit donc parler à Barciça qui ne lui répondit pas, il resta silencieux car à ce moment-là il faisait ses salats.

Barciça resta 10 jours à faire sa prière et quittait l’endroit où il les faisait uniquement tous les 10 jours, lorsque sheytan al abyad s’est rendu compte de cela, il partit s’installer dans l’étage du dessous de l’ermitage. Barciça à l’étage au-dessus le voyait, et il partit le voir et lui demanda :
« Tout à l’heure tu m’as appelé, tu m’as dérangé pendant que je faisais ma prière, dis-moi donc ce que tu veux, en quoi puis je t’être utile ? » 
Al abyad lui répondit :
« Je suis venu pour te tenir compagnie et je veux être ton disciple car tu es un très grand maître spirituel, tu es retranché à faire tes adorations, moi j’ai vraiment envie d’apprendre de toi »        
Barciça lui répondit :
« Je suis trop préoccupé avec mes adorations et je ne peux pas te donner de mon temps mais si tu es vraiment un croyant sincère et que tu es vrai dans ce que tu dis, ne t’inquiète pas Allah exaucera tes invocations et moi j’en ferais aussi pour toi, Allah te donnera une récompense pour que ta foi progresse Incha’Allah ».

Puis Barciça retourna à sa salat et al abyad parti aussi faire sa prière et ce pendant 40 jours sans se retourner ni s’orienter vers Barciça (bien sûr sheytan fessait semblent, il ne priait pas pour Allah, ce n’était qu’une supercherie), quand Barciça vu que al abyad priait avec beaucoup d’assiduité, de fermeté et de dévotion, il fut impressionné et lui dit :
« que veux-tu au juste ? » al abyad lui répondit alors «  je veux juste apprendre de toi quelque chose, je veux devenir ton élève et que tu sois mon maître, je veux vivre avec toi pour apprendre de toi »       

Quand Barciça vit l’assiduité d’al abyad il lui autorisa de monter avec lui à l’étage pour qu’ils apprennent ensemble. Ce sheytan resta avec lui pendant une année complète, pendant laquelle ils faisaient des jeunes de 40 jours et des prières complètent de 40 jours. Une fois l’année écoulée, Barciça, le moine dévot, pieux, pure, sincère et droit, était vraiment très étonné par la dévotion, la concentration de al abyad qui dit à Barciça :
« Je vais te quitter, maintenant que je t’ai vu faire pendant un an, je vais rejoindre un autre dévot encore plus fort, plus assidu et plus puissant que toi dans l’adoration »
Ce qui perturba et affecta Barciça que se sentit chagriné par ces paroles. Mais avant qu’ils ne se quittent, al abyad lui dit :
« Je connais quelque invocation, si tu arrives à les apprendre et les répéter, tu pourras par la grâce de Allah guérir les malades »       
Barciça refusa en lui disant :
« Je n’ai pas besoin de tes invocations, j’ai d’autre occupation, j’ai mes dou’aa, mon programme quotidien, ce ne sera donc pas nécessaire »        

Al abyad insista tellement que Barciça finit par accepter d’apprendre ces dou’aa qui guérissent les malades. Une fois apprise, al abyad retourna vers son maître Iblis et il l’informa de la situation. Et en quittant Barciça le sheytan trouva sur la route un homme et l’étrangla, puis cet homme fit ramené auprès de sa famille. Al abyad est donc entré chez la famille, non pas en ayant l’apparence d’un dévot, mais en ayant celle d’un médecin (pas un raqui). Il dit à la famille :
« En réalité cet homme-là est atteint d’une folie, il est majnoun, il est possédé, voulez-vous que je le soigne ? »
La famille répondit oui sans hésiter un instant, al abyad leur dit :
« Mais je ne peux pas le faire tout seul car je ne suis qu’un simple médecin, par contre je peux vous envoyer vers une personne connue pour sa piété, lui connaît des invocations spécifiques qui permettent de soigner en récitant les noms sublimes de Allah, et qui pourront le guérir »       

La famille partie alors chez Barciça qui avait appris la dou’aa de sheytan al abyad, et lui ont exposé la situation, Barciça lit donc l’invocation sur la personne et elle en fut guéri par la grâce de Allah. Et al abyad répéta l’opération sur plusieurs personnes dans les rues et à chaque fois il tenait le même discours et renvoyait le malade vers Barciça qui à chaque fois lisait sur eux l’invocation et la personne guérissait par la grâce de Allah.     
Cette histoire se passa chez les banni Israël, qui avaient un roi très âgé, il avait 3 fils et une fille, une fois le roi décédé, les 3 frères succédèrent. Sheytan parti vers la fille du roi et l’étrangla, l’a posséda.

Il prit la forme du médecin et parti voir les 3 frères pour soigner la fille malade d’une maladie naturelle, guérissable avec des médicaments par la grâce de Allah, mais al abyad leur dit :
« Moi je ne peux guérir ce type de maladie par contre je connais quelqu’un qui a les capacités et les moyens de le faire, il s’appelle Barciça et habite à tel endroit, emmener lui la fille et vous verrez par vous-même »       

Les enfants du roi dirent alors :
« Quand même c’est un moine dévot enfermé dans son ermitage jamais il n’acceptera de femme, qu’est ce qui va nous assurer qu’il répondra favorablement ? »
Al abyad leur dit :
« Allez-y et dites-lui que c’est de ma part je suis un de ses anciens élèves, ne vous inquiéter pas pour votre sœur c’est un homme pieux, et de toute manière vous êtes les enfants du roi, soit il accepte de plein gré soi vous le forcez, s’il refuse mettez quand même la fille dans l’ermitage et il s’exécutera et fera ce que vous lui demanderez »       

Les 3 frères partirent à l’ermitage et demandèrent gentiment de l’aide à Barciça en lui expliquant la situation. Barciça refusa en leur disant :
« Non je ne prends pas les femmes » mais les frères lui imposèrent quand même la fille qui se retrouva dans la demeure de Barciça. Quand Barciça eu finit ses longues prières, il se retourna et vit la femme, le corps entier de Barciça commença à trembler tellement son âme fut touché par le waswâs, et la femme commença à trembler aussi mais à cause du sheytan qui la possédait.

Barciça parti alors vers elle et commença à lui réciter les invocations pour la guérir, elle fut débarrassée de son sheytan une première fois. 

Al abyad, que Barciça ne pouvait pas voir car les shayatin peuvent apparaître et disparaître dans le monde visible et invisible, est revenu une deuxième fois étrangler la fille, Barciça revint une deuxième fois et lui récita à nouveau les invocations. Dès le départ Barciça fut touché par la beauté de la femme, alors les shayatin lorsqu’ils virent cette faille chez Barciça sont parti l’agresser dans son esprit et ont commencé à lui faire le waswâs :
« Regardes comme elle est belle, fait l’acte avec elle, fait l’acte avec elle » 

Mais Barciça n’a pas cédé. Alors les shayatin ont trouvé un autre stratagème et lui dirent :
« Tu sais quoi, fais l’acte avec elle et ensuite tu te repends parce que Allah est miséricordieux, toi ça fait 70 ans que tu adores Allah, tu as jamais fait de péché et on est tous des gens qui font des péchés et Allah ne t’en tiendra pas grief. Et si Allah a créé le péché et le pardon c’est uniquement pour qu’on puisse pécher et qu’on se fasse pardonner, fais donc l’acte avec elle et ensuite tu te repends »
Sheytan ne cessa pas de l’empoisonner avec ça jusqu’à ce que Barciça passa à l’acte et il en résulta que la fille tomba enceinte.       

Mais sheytan ne s’est pas arrêté en si bon chemin, lorsqu’il vit que la fille était enceinte, que la grossesse commençait à devenir voyante et que les vêtements ne suffisaient plus pour cacher, sheytan vint encore une fois à Barciça et lui dit :
« Y a Barciça comment vas-tu faire maintenant, tu es démasqué malheur à toi, suis mon conseil, tue la femme et enterre-la et quand les frères viendront te demander où est leur sœur tu leur diras que c’est son sheytan qui habitait en elle qui est venu et qui l’a emporté avec lui et que tu n’as aucun pouvoir sur les shayatin »

Barciça écouta encore une fois waswâs sheytan, il partit donc tuer la fille et parti de nuit l’enterrer à côté d’une montagne, et à ce moment sheytan était présent, et prit un pan de la robe qui débordait et est parti avec. Une foi finit, Barciça retourna vite dans son ermitage pour adorer Allah et se repentir.        

Les frères partirent le voir et lui dirent :
« Mets-nous au courant de notre sœur, que devient-elle ? Est-ce qu’elle va mieux avec son traitement ? » Barciça leur dit « écoutez en réalité son sheytan est venu, il l’a emporté et je n’ai pas pu les repousser »

Les 3 frères ont cru sur parole cet homme saint, pieux et dévot, ils repartirent en pleurant sans le questionner davantage. Mais sheytan, encore une fois, ne s’est pas arrêté là, de l’autre côté, il partit voir en rêve le plus grand des frères et lui dit :
« En réalité c’est Barciça le coupable, il a fait ceci avec ta sœur puis la tué et enterré à tel endroit »
Le matin lorsque le grand frère se réveilla il se dit :
« Non, ce mauvais rêve vient de sheytan en réalité pour faire des problèmes entre nous, c’est un homme de bien, pieux, saint et il est au-dessus de ce que les gens disent sur lui »       

Le sheytan est venue à la charge 3 fois vers le plus grand et à chaque fois il lui faisait faire le même rêve. Lorsque sheytan vit que ça ne servait à rien il partit voir le 2ème et procéda de même, lorsqu’il vit que ça ne marchait pas non plus il partit voir le plus petit. Chacun commença à raconter son rêve et ont trouvé sa très curieux, ils partirent alors voir Barciça et demandèrent ce qu’il a fait de leur sœur, Barciça leur dit
« Mais ne vous ai-je pas dit que c’est sheytan qui l’a emmené ? »

Les 3 frères gênés répondirent :
« On ne t’accuse pas mais on voudrait savoir, c’est quand même notre sœur et on s’inquiète, c’est juste pour ça qu’on pose la question »        
Quand les 3 frères sortirent de la maison ils se sont retrouvés face à face avec sheytan qui leur dit :
« Votre sœur est enterrée là-bas à tel endroit et ce que j’ai dans les mains c’est le pan de sa robe, vous la reconnaissez ? »

Quand les 3 frères ont vu le pan, ils ont dû admettre que c’était la vérité, ils partirent à l’endroit indiqué, et en déterrant le cadavre ils reconnurent leur sœur. Les 3 frères repartirent chez eux et assemblèrent leur armée pour aller chez Barciça. Ils l’ont ligoté et emmené devant le nouveau roi et Barciça commença à avouer ce qu’il a fait.       

Sheytan vint vers Barciça et lui dit :
« Tu vois tu as fait le péché avec elle et tu l’as tué, moi ce que je te conseille pour être sauvé c’est de renier ton crime publiquement. »

Ce qui a énervé le roi, qui ordonna de tuer Barciça en le crucifient sur un poteau. Mais à ce moment-là sheytan al abyad est revenu vers Barciça et lui dit :
« Est ce que tu me reconnais ? »  Barciça lui répondit non, sheytan lui dit « c’est moi al abyad ton compagnon tu te souviens ? On est resté une année ensemble à faire des adorations, tu te souviens quand je t’ai enseigné les invocations et que tu as été exaucé, n’as-tu pas honte du dépôt que Allah t’a donné toi qui prétends être le plus pieu et le plus droit des enfants de banni Israël ?! » Et à ce moment-là Barciça ne savait toujours pas qu’al abyad était un sheytan.        

Et ce sheytan faisait des réprimandes à Barciça jusqu’à ce qu’il eut honte de lui, al abyad lui dit alors :
« Tu t’es trahit toi-même et tu as trahit tout ton peuple, si tu veux que moi je te délivre tu n’as qu’à faire une seul chose Incha’Allah et tu seras libéré de ce que t’es en train de vivre, veux-tu que je t’indique ce que tu dois faire ? » Barciça répondit oui « montre-moi ce que je dois faire pour que tu me délivres de ce malheur que je suis en train de vivre là, ils m’ont attaché et vont me tuer j’ai fait quelque chose de mauvais et me suis retrouvé dans une mauvaise impasse »     
Al abyad lui dit :
« Écoute si tu veux que je te délivre de ce que tu es en train de vivre il faut que tu te prosternes devant moi pour que je te sorte de la situation dans laquelle tu es »

Barciça se retrouva dans une situation, un piège qu’il n’a jamais connu de sa vie, lui qui était dans un endroit retiré du monde à faire des Dhikr pour Allah et dans les adorations loin du péché, Barciça craqua, car le diable ne désespère pas de faire entrer les gens en enfer, et Barciça se prosterna devant al abyad qui pris sa forme de sheytan juste à ce moment et donc Barciça vit sa véritable identité, et sheytan lui dit:
« C’est ton nafs qui t’a joué un mauvais tour je te désavoue, je te renie parce que je vois ce que toi tu ne vois pas »       
« Il sont semblables au diable quand il dit à l’homme fait acte de mécréance, abandonne ton seigneur « akfar » et quand l’homme à mécru, qu’il a quitté la religion saine alors sheytan lui dis je te désavoue je te renie car je redoute Allah le seigneur de l’univers. » 
(Coran 59 Verset 16)

Ce qu’il faut retenir de ce récit c’est qu’il ne suffit pas d’être pieu dans l’islam pour ne pas tomber dans le piège du diable et que personne n’est à l’abri de ses tentations. Il y a la science, la connaissance de la religion qui peut aider parce qu’on peut connaître les desseins du diable. 

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer