Le Jeûne (Ramadan)

Chapitre 5 : Comment Jeûner


SOMMAIRE

Les Types de Jeûne
Le Jeûne pendant le Ramadan
Qui est Dispensé de Jeûne?
Comment Dois-Je Jeûner durant Ramadan?
Que Dois-je Éviter en Jeûnant?
Les Règles Spéciales pour les Femmes 
1) La Menstruation et les saignements Post-Nataux
2)  La Grossesse et l’Allaitement
3) Istihada (Saignement Irrégulier)


Les Types de Jeûne

La première chose à savoir c’est qu’il existe deux types de jeûne: obligatoire et volontaire. Le jeûne obligatoire est un acte d’adoration. En tant que musulman, je n’ai pas la possibilité de ne pas l’accomplir sans que cela ne compte comme un péché. Le jeûne volontaire est facultatif, je peux l’accomplir ou non. Si je ne l’accomplis pas, je ne commets aucun péché, mais j’aurai une récompense supplémentaire si je l’accomplis. Dans cette Article, nous ne nous concentrerons que sur le jeûne obligatoire le plus important qui s’accomplit durant le mois de Ramadan.

Le Jeûne pendant le Ramadan

Le jeûne pendant le Ramadan est l’un des cinq piliers de l’Islam, comme l’a dit le Prophète:
« L’islam est bâti sur cinq piliers: le témoignage qu’il n’est d’autre Dieu qu’Allah et que Mohammed est Son Envoyé. L’accomplissement de la prière prescrite. L’acquittement de l’aumône (impôt prescrit). Le pèlerinage à la Maison de Dieu. Le Jeûne du mois de Ramadan ». 
(Rapporté par Al-Boukhâri)

Le jeûne pendant le Ramadan est une obligation pour tout musulman qui a atteint l’âge de la puberté. Allah a dit dans le Coran: 
« Donc, quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne! »
(Coran 2 Verset 185)

Celui qui ne jeûne pas pendant le Ramadan sans une excuse valable commet ce qui est considéré comme un grand péché. 

Qui est Dispensé de Jeûne?

(1)  Un enfant Musulman qui n’a pas encore atteint l’âge de la puberté est dispensé de jeûne jusqu’à l’apparition de l’un des signes de puberté suivants: 
(a) éjaculation de sperme, que ce soit suite à un rêve mouillé ou d’une manière normale,
                    (b) apparition des poils pubiens,
                    (c) la menstruation,
                    (d) une personne atteint l’âge de 15 ans.

(2)  Si vous voyagez pendant le Ramadan, vous avez la possibilité de ne pas jeûner. Si vous choisissez de ne pas l’accomplir, vous devez rattraper les jours que vous n’avez pas accomplis avant le Ramadan qui suit. 
Conformément au verset: 
« Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage devra jeûner un nombre égal d’autres jours » 
(Coran 2 Verset 184)

Le voyage qui justifie la rupture du jeûne est le long voyage où la prière de quatre Rackat est réduite de moitié (deux Rackat).
La personne en voyage devra ensuite rattraper les jours où elle n’a pas jeûné et a le choix de jeûner ou pas pendant le voyage, comme Anas (ra) le dit dans les deux Sahihs:
« Nous avons voyagé avec le Prophète (saw) au mois de Ramadan et il n’a pas critiqué ceux qui avaient rompu le jeûne ni ceux qui avaient jeûné »

Selon Abou Sa’iid Al-Khodri (ra):
« Celui qui en avait la force jeûnait, et ceci était correct, et celui qui se sentait faible ne jeûnait pas, et ceci était également correct »

(3)  Une femme n’est pas autorisée à jeûner lorsqu’elle a ses règles ou des saignements post-nataux. Elle doit jeûner les jours qu’elle n’a pas accomplis à d’autres moments avant le Ramadan qui suit.
Les femmes qui ont leurs menstrues ou des lochies (sang perdu après l’accouchement) ne doivent pas jeûner.
Si le Ramadan commence alors qu’une femme a ses menstrues ou des lochies, elle ne doit pas jeûner jusqu’à ce que cette perte cesse. Dans les deux cas, elle doit se purifier avant de reprendre le jeûne.
Si la perte de sang a lieu durant le mois de Ramadan, la femme devra rompre le Jeûne.
Lorsque les pertes de sang cesseront, elle devra prendre le bain rituel (voir Article Sur le Bain Rituel) et ensuite jeûner. Si jamais elle ne retrouve pas d’eau doit accomplir la purification par la lustration pulvérale (ou ablutions sèches, en arabe tayammum (voir Article sur le Tayammum)).

Si les menstrues ou la perte de sang cessent durant la nuit, elle peut s’en purifier, ou retarder cette purification avant ou après l’aube, mais que ce soit fait avant le lever du soleil.
Dans tous ces cas, la femme doit jeûner le même nombre de jours manqués. `A’ishah dit : « Au temps du Prophète, on nous ordonnait de compenser les jours de jeûne que nous avions manqués par nos pertes périodiques mais pas les prières manquées durant ce laps de temps »

(4)  Une femme enceinte ou qui allaite peut-être dispensée de jeûner si cela s’avère nocif pour sa santé ou pour le nourrisson.
Les jurisconsultes sont unanimes sur l’autorisation de rompre le jeûne pour une femme en période de grossesse ou d’allaitement, si elle craint un préjudice quelconque pour elle-même ou son enfant, conformément au Hadith dans lequel le Prophète (saw) dit:
« Allah a exempté de jeûne et de la moitié de la prière la personne en voyage et a exempté de jeûne la femme en période de grossesse et d’allaitement » 
(An-Nassa’i et autres).

La femme dans ces deux cas doit rattraper les jours où elle n’a pas jeûné quand elle en sera capable. Il est nécessaire de noter que la grossesse et l’allaitement ne justifient pas en soi la rupture du jeûne au mois de Ramadan mais uniquement si la femme craint un préjudice pour elle ou son nouveau-né.

(5)  Les malades mentaux sont également dispensés de jeûne.

(6)  Allah le Miséricordieux n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. Si vous êtes malade, vous êtes également dispensés de jeûne. 

Il y a deux choses à connaître ici:
Premièrement, comment savoir si l’on est vraiment malade? La toux ou les maux de tête mineurs ne sont pas assez graves pour ne pas jeûner, mais s’il existe une raison médicale et que vous savez par expérience ou êtes certains que le jeûne aggravera votre maladie ou retardera la guérison, vous n’avez pas besoin de jeûner.

Deuxièmement, vous devez jeûner les jours non accomplis quand vous irez mieux.

Les malades chroniques qui ne prévoient aucune chance de guérison doivent nourrir une personne pauvre chaque jour de Ramadan non jeûné. Ils n’ont pas besoin de jeûner les jours qu’ils n’ont accomplis à d’autres moments.

(8) Les personnes trop âgées pour jeûner sont également dispensées de jeûne et elles doivent également nourrir une personne pauvre chaque jour de Ramadan qu’elles n’ont pas jeûné. Les personnes âgées n’ont pas le devoir de rattraper les jours où elles n’ont pas jeûné, si le jeûne est tout aussi difficile pour elles à toutes les saisons de l’année

Les savants ont des opinions variées au sujet du jeûne des personnes âgées. Certains dispensent le vieillard incapable de jeûner, à condition de nourrir un pauvre pour chaque jour non jeûné. Tel est le sens du mot fidyah ou rachat. D’autres le dispensent du jeûne sans fidyah, en se basant sur ce verset du Coran : « Dieu n’impose à aucune âme plus qu’elle ne peut ».

Par contre Ibn ‘Abbas (ra) a dit: « Le verset « Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (qu’avec grande difficulté), il y a une compensation : nourrir un pauvre » (Coran 2 Verset 184) n’a pas été abrogé, il concerne les personnes âgées, hommes et femmes, qui n’arrivent pas à jeûner. Ils doivent nourrir un pauvre pour chaque jour non jeûné ».

Il en est de même pour tout malade incurable pour lequel il est impossible de jeûner : il ne jeûne pas pendant le mois de Ramadan et nourrit chaque jour un pauvre.

Comment Dois-Je Jeûner durant Ramadan?

Premièrement, veuillez vérifier auprès de votre mosquée locale ou à travers les réseaux de communication de vos Imams (Télévision National, Réseaux sociaux, etc…) quand le Ramadan commence. Habituellement, les mosquées impriment un horaire spécial pour le Ramadan qui vous indiquera les heures du début et de la fin du jeûne (l’heure du Fajr et du Maghreb, respectivement) et peut-être même l’heure de la prière du Tarawih

Deuxièmement, dans votre cœur la veille, ayez l’intention de jeûner le lendemain. Cela repose sur ce qu’a déclaré le Prophète (saw):
« Pas de jeûne pour quiconque n’émet pas l’intention de jeûner avant que l’aube ne se lève ».
(Rapporté par An-Nasa ’i)

Ensuite, réveillez-vous bien avant l’heure prévue pour Fajr et prenez votre repas avant l’aube appelé suhoor
Certains horaires peuvent mentionner un moment à partir duquel vous devez arrêter de manger avant le Fajr. Cela n’est pas correct et doit être ignoré, car des textes précis prouvent qu’il est permis de manger et de boire jusqu’à l’heure du Fajr.
On peut, pour être sûr, arrêter de manger et de boire quelques minutes avant le début du Fajr, car la plupart des gens suivent un horaire et rien ne garantit que leurs montres sont correctes à 100%.

Prévoyez suffisamment de temps à l’avance pour manger et boire, car si vous vous levez tard après le début du Fajr, vous ne pouvez pas prendre votre repas avant l’aube et serez obligé de jeûner toute la journée avec un estomac vide! S’il vous arrive de dormir pendant la période de prière du Fajr et de vous réveiller après le lever du soleil, vous devez jeûner pour le reste de la journée et le jeûne reste valide. 

Puis, vous devez vous abstenir complètement de ce qui rompt et annule le jeûne décrit ci-dessous. En gros, il est interdit de manger, de boire ou d’avoir des relations conjugales.

Enfin, l’heure du Maghreb ou salat du soir commence lorsque le soleil se couche. C’est également le cas lorsque vous « rompez » votre jeûne et pouvez recommencer à manger et à boire. Ce repas s’appelle ‘iftar’. Le prophète rompait d’abord son jeûne, ne serait-ce qu’avec une petite gorgée d’eau, puis priait la prière du crépuscule ou salat du Maghreb.

Vous êtes totalement libre de dîner à cette heure ou plus tard. Cependant, vous ne devez pas rater la prière du Maghreb, parce que vous êtes en train de manger! 

Que Dois-je Éviter en Jeûnant?

Vous jeûnez essentiellement de l’aube (heure du Fajr) jusqu’au coucher du soleil (heure du Maghreb). De l’aube au crépuscule, vous devez éviter de: 

  • Manger ou boire, notamment prendre des pilules ou des médicaments administrés par voie orale. Si vous avez mangé ou bu par erreur, c’est-à-dire que vous avez oublié que vous jeûnez, ne vous inquiétez pas. Continuez à jeûner pour le reste de la journée. Cela est pardonné, le jeûne reste valide et le jour comptera comme fait. Le Prophète (saw) a dit:
    « Celui qui mange ou boit en oubliant alors qu’il jeûne, qu’il continue son jeûne, car c’est Allah qui l’a nourri et abreuvé ».
    (Rapporté par Al-Boukhâri)
  • Les rapports sexuels, qu’il y ait éjaculation ou non, cela annule le jeûne. Méfiez-vous de cette très grave violation des règles du jeûne qui est considéré comme un péché et qui vous expose à une peine sévère difficile à pardonner. Pour cette raison, même s’embrasser est interdit s’il risque de conduire à des rapports sexuels. Encore une fois, c’est juste pendant la journée quand vous jeûnez. Il n’y a pas de restrictions la nuit (bien évidement pour les personnes mariées). Par extension, la masturbation annule également le jeûne. 
  • Les vomissements auto-provoqués annulent le jeûne comme l’a dit le Prophète:
    « Celui qui vomi non volontairement alors qu’il jeûne et n’a pas à rattraper mais celui qui se fait vomir volontairement qu’il rattrape ».
    (Rapporté par Al-Tirmidhi)
  • Fumer, qui est interdit en tout temps, annule également le jeûne. 

Les Règles Spéciales pour les Femmes 

1) La Menstruation et les saignements Post-Nataux

Si la période de menstruation commence avant le coucher du soleil, le jeûne de la femme est annulé et elle doit jeûner à nouveau ce jour. Elle ne peut pas jeûner en ayant ses règles. Quand elle devient pure avant le Fajr, alors elle doit jeûner, même si elle ne se baigne pas avant le début de l’heure du Fajr. Tous les jours non accomplis doivent être jeûnés après le Ramadan

Ceci est basé sur ce qui est rapporté dans les deux Sahih d’après ‘Aicha (ra) qui a dit :
« On nous a ordonné de rattraper les jours (manqués) de jeûne mais on ne nous a pas ordonné de rattraper les prières (manquées). »
Elle a donné cette réponse quand une femme lui a demandé : « Pourquoi une femme ayant ses règles doit-elle rattraper les jours manqués de jeûne et pas les prières (manquées) ? » Donc elle (ra) a clarifié que ce sont des questions qui dépendent de la révélation, qui doivent suivre les textes rapportés.

Quant à la sagesse derrière cela, Ibn Taymiya a dit dans Majmu’-ul-Fatawa (15/251) :
« Le sang qui sort de la femme à cause des menstrues contient une décharge de sang.
Une femme ayant ses règles peut jeûner en des temps autres que quand le sang sort d’elle en raison des menstrues qui contiennent son sang.
Donc son jeûne dans cette situation est un jeûne modéré et équilibré – aucun sang, qui renforce le corps et qui est sa substance principale – ne sort d’elle pendant cette période. Mais son jeûne quand elle a ses règles nécessite que son sang sorte – le sang, qui est le composant principal de son corps et qui mènera à une faiblesse et à un manque dans son corps.
Et cela entraînera que son jeûne ne soit pas d’une nature modérée et équilibrée. C’est pourquoi elle doit jeûner seulement quand elle n’est pas réglée. »

2) La Grossesse et l’Allaitement

Vous ne devez pas jeûner, si vous craignez que cela soit nocif pour votre santé ou pour le nourrisson, ou s’il vous est physiquement difficile. D’autre part, si le jeûne n’entraîne pas de difficultés ni de risque, une femme enceinte ou qui allaite doit jeûner. 

Si à cause du jeûne résulte un mal causé à la femme ou au bébé ou aux deux, elle peut rompre le jeûne si elle est enceinte ou allaite.
Mais si le mal pour lequel elle rompt son jeûne s’applique seulement à son bébé et pas elle, alors elle doit rattraper les jours de jeûne qu’elle a manqué et nourrir un indigent chaque jour manqué.
Et si le mal s’applique seulement à elle, il lui est suffisant de rattraper les jours manqués.

Ceci, car la femme enceinte et la femme qui allaite tombent sous la généralité de la Parole d’Allah :
« Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (qu’avec grande difficulté), il y a une compensation : nourrir un pauvre »
(Coran 2 Verset 184)

Ibn Kathir a dit dans son Tafsir :
« Parmi ceux qui tombent sous la signification de ce verset sont les femmes enceintes et celles qui allaitent, si elles craignent pour elles ou pour leurs enfants. »

 Et Ibn Taymiya a dit : 
« Si une femme enceinte craint pour son fœtus, elle ne doit pas jeûner et rattraper au lieu de cela chaque jour de jeûne manqué et nourrir un indigent avec de 2 kilogrammes de pain. »
(Majmu’-ul-Fatawa : 25/318)

3) Istihada (Saignement Irrégulier)

Ceci est l’état dans lequel une femme observe un saignement, qui n’est pas son sang des menstrues.
Elle doit observer le jeûne et il ne lui est pas permis de rompre le jeûne à cause de ce type de saignement.

En mentionnant la permission pour la femme réglée de rompre le jeûne, Ibn Taymiya a dit : 
« Contrairement à la femme en état d’Istihada, car cet état comprend une période de temps qui n’est pas fixe et il n’y a pas de période pendant laquelle on peut lui commander de commencer à jeûner (de nouveau).
Ainsi, à cause de cela, il n’est pas possible d’avertir contre cela, de même que pour l’éjaculation inopinée, le saignement en raison d’une blessure, la colère, Al-Ihtilam (quand le liquide sexuel sort des parties privées sans relations ou ébats), comme toutes les autres choses qui n’ont pas de temps fixé contre lesquels on pourrait être avertis.
Ainsi ceci (Istihada) n’est pas quelque chose qui annule le jeûne, comme le sang des menstrues. »
(Majmu’-ul-Fatawa : 25/251)

Et Allah Sait Mieux….

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer