Le Jeûne (Ramadan)

Question/Réponse sur le Jeûne Partie 5/6


Règles concernant la femme.


SOMMAIRE

Question n°38 : Est-ce que les femmes en état de menstrues ou de lochies doivent jeûner ou font-elles partie des personnes ayant une excuse valable permettant de ne pas jeûner ? Quels sont les règles concernant ces femmes ? Peuvent-elles manger et boire lors d’une journée de Ramadan ?
Question n°39 : Certaines femmes, prises de pudeur, jeûnent même quand elles ont leurs menstrues. Quel est le jugement de cet acte?
Question n°40 : Si la femme se purifie des menstrues ou des lochies lors d’une journée de Ramadan, doit-elle jeûner le reste de la journée ou bien lui est-il permis de continuer sa rupture?
Question n°41 : Si la femme se purifie des menstrues ou des lochies avant l’aube et ne se lave qu’après le lever de cette dernière, son jeûne est-il valide ? Et si un homme ou une femme retardent le lavage suite au rapport intime jusqu’après l’aube, leur jeûne est-il valide ?
Question n°42 : Si la femme sort de sa période de lochies avant la fin des quarante jours, doit-elle jeûner?
Question n°43 : Une femme a délaissé le jeûne de plusieurs jours pendant Ramadan à cause des menstrues et ne rattrapait pas les jours manqués et ignore leur nombre, que doit-elle faire ?
Question n°44 : Une femme a jeûné alors qu’elle doutait de sa purification des menstrues, quand elle s’est réveillée elle s’est rendue compte qu’elle était effectivement en état de pureté. Est-ce que son jeûne prend effet alors qu’elle n’était pas sûre d’être purifiée ?
Question n°45 : Quel est le jugement de celle qui a une fausse couche pendant Ramadan et qui saigne?
Question n°46 : Certaines femmes pensent que si elles ont leurs menstrues entre la prière du Maghreb et celle du Isha’, leur jeûne est invalide. Est-ce que cela est vrai ?
Question n°47 : Une femme a eu ses menstrues pendant six jours puis s’est purifiée et a vu la marque de la purification mais un jour après cela elle a vu des écoulements marrons [Kudrah], quel est le jugement dans ce cas ?
Question n°48 : Certaines femmes saignent en dehors de la période de leur cycle. Est-ce que cela a une incidence sur leur jeûne?
Question n°49 : Est-ce que la femme a le droit d’utiliser les pilules empêchant l’arrivée des menstrues afin de retarder ces dernières et terminer le jeûne (du mois) ?
Question n°50 : Si la femme ressent les douleurs des menstrues ou si elle ressent des changements internes (précédant habituellement les menstrues) mais qu’elle ne saigne pas avant le coucher du soleil, est-ce que son jeûne ce jour-là est valide ou doit-elle le rattraper?
Question n°51 : Est-ce qu’il est permis à la femme enceinte ou à celle qui allaite de ne pas jeûner le mois de Ramadan et que doit-elle faire si elle ne Jeûne pas?
Question n°52 : Est-ce qu’il est permis à la femme d’utiliser le Khôl et les produits de beauté ou est-ce que cela a une incidence sur son jeûne ? Et quel est le jugement concernant le fait de se mettre du henné pour une femme qui jeûne ?Jeûne pas?



Question n°38 : Est-ce que les femmes en état de menstrues ou de lochies doivent jeûner ou font-elles partie des personnes ayant une excuse valable permettant de ne pas jeûner ? Quels sont les règles concernant ces femmes ? Peuvent-elles manger et boire lors d’une journée de Ramadan ?

Réponse : La femme en état de menstrues et de lochies ne doit pas jeuner. Il est permis à la femme qui a ses menstrues ou ses lochies de rompre le jeune et il lui est interdit de jeuner mais doit rattraper les jours qu’elle aura manqués a cause de cela.

Puisque ces femmes ne doivent pas jeuner alors il leur est permis de se nourrir et de boire lors de la journée de Ramadan car leur rupture du jeune est due à une excuse valable mais il ne faut pas que ce soit au vu des gens par pudeur, surtout des jeunes enfants et de ceux qui ne distinguent pas les choses afin que cela ne provoque pas une confusion chez eux.


Question n°39 : Certaines femmes, prises de pudeur, jeûnent même quand elles ont leurs menstrues. Quel est le jugement de cet acte?

Réponse : Il n’est pas permis à la femme en état de menstrues de prier ni de jeuner pendant toute la durée de ces dernières.
Elle devrait se repentir et demander pardon pour cette erreur. Si elle jeune alors qu’elle a ses menstrues, elle devra quand meme rattraper ces jours que cela ait eu lieu une seule année ou plusieurs Ramadan. Le jeune pendant les menstrues n’est pas pris en compte.


Question n°40 : Si la femme se purifie des menstrues ou des lochies lors d’une journée de Ramadan, doit-elle jeûner le reste de la journée ou bien lui est-il permis de continuer sa rupture?

Réponse : Si la femme se purifie après le lever de l’aube, elle ne doit pas jeuner le reste de la journée car, de toute manière, son jeune ce jour-là n’est pas valide car quand la journée a commencé, la femme avait ses menstrues et ne faisait pas partie des gens qui ont l’obligation de jeuner, elle s’est permis de délaisser le jeune à cause d’une excuse légale. Il n’y a pas d’intérêt à jeuner le reste de la journée vu que son jeune ce jour-là n’est, de toute façon, pas valide.
Ibn Massoud (ra) a dit:
« Que celui qui mange au début de la journée mange à sa fin »
Ce qu’il veut dire c’est que si l’individu délaisse le jeune pour une raison légale au début de la journée, cela est valable pour le restant de cette journée.
Sachant que meme si cette femme jeune le reste de la journée, elle devra la rattraper après la fin du Ramadan.


Question n°41 : Si la femme se purifie des menstrues ou des lochies avant l’aube et ne se lave qu’après le lever de cette dernière, son jeûne est-il valide ? Et si un homme ou une femme retardent le lavage suite au rapport intime jusqu’après l’aube, leur jeûne est-il valide ?

Réponse : Le jeune de la femme qui sort de sa période de menstrues ou de lochies avant l’heure du Fajr est valide meme si elle retarde son lavage rituel Jusqu’après le lever de l’aube.
Et aussi celui qui a une impureté due à un rapport intime depuis la nuit et qui retarde le bain rituel jusqu’à l’aube, son jeune est valide et ce parce que notre mère ‘A’ishah, qu’Allah l’agrée, a dit:
« Le Prophète (saw) se réveillait le matin en état de souillure due à un rapport intime avec ses épouses, il se lavait et jeûnait »
(Rapporté Par Boukhâri et Muslim)

Ceci est la preuve que le Prophète (saw) ne se purifiait de la souillure du coït qu’après le lever de l’aube.
La femme en état de menstrues, celle en état de lochies et le souille par le coït sont tous concernés par cette règle.


Question n°42 : Si la femme sort de sa période de lochies avant la fin des quarante jours, doit-elle jeûner?

Réponse : Oui, si la femme sort de sa période de lochies avant la fin des quarante jours elle doit prier et jeuner et son mari a le droit d’avoir des rapports vaginaux avec elle.
Si elle se purifie après vingt ou trente jours par exemple, elle a un statut de femme purifiée mais si les saignements reprennent avant la fin des quarante jours elle doit les considérer comme des lochies. Quant aux prières et au jeune qu’elle a accomplis quand elle était en état de pureté, ils sont valides et elle ne doit rien en rattraper vu qu’ils ont été accomplis en état de pureté.


Question n°43 : Une femme a délaissé le jeûne de plusieurs jours pendant Ramadan à cause des menstrues et ne rattrapait pas les jours manqués et ignore leur nombre, que doit-elle faire ?

Réponse : Elle doit se repentir à Allah, Lui demander pardon pour ce péché. Elle doit aussi essayer de se rappeler les jours qu’elle a manques et les rattraper.


Question n°44 : Une femme a jeûné alors qu’elle doutait de sa purification des menstrues, quand elle s’est réveillée elle s’est rendue compte qu’elle était effectivement en état de pureté. Est-ce que son jeûne prend effet alors qu’elle n’était pas sûre d’être purifiée ?

Réponse : Le jeune de cette femme ne prend pas effet, elle devra rattraper ce jour car la continuité des menstrues est la base et le fait qu’elle entre dans un état de jeune alors qu’elle n’était pas certaine d’être purifie est une entrée dans une adoration avec un doute concernant une des conditions de sa validité et ceci l’empêche de prendre effet.


Question n°45 : Quel est le jugement de celle qui a une fausse couche pendant Ramadan et qui saigne?

Réponse : Si l’avorton est un fœtus ayant la forme d’un être humain, alors les saignements sont des lochies et elle doit, par conséquent, délaisser la prière et le jeune; mais si le fœtus n’a pas de forme humaine alors le sang qui s’écoule de la femme est une métrorragie et non des lochies et n’empêchent ni de prier ni de jeuner.


Question n°46 : Certaines femmes pensent que si elles ont leurs menstrues entre la prière du Maghreb et celle du Isha’, leur jeûne est invalide. Est-ce que cela est vrai ?

Réponse : Ceci est faux. Ce qui est juste c’est que si le soleil se couche laissant la femme qui jeune purifiée alors son jeune est valide meme si elle a ses menstrues avant la prière du Isha’ car la journée prend fin au coucher du soleil.


Question n°47 : Une femme a eu ses menstrues pendant six jours puis s’est purifiée et a vu la marque de la purification mais un jour après cela elle a vu des écoulements marrons [Kudrah], quel est le jugement dans ce cas ?

Réponse : Quand une femme en état de menstrues voit la marque de purification et que, par la suite, des écoulements marrons [Kudrah] surviennent, elle jeune parce que Um ‘Anniyyah, qu’Allah l’agrée a dit:
« Nous ne prenions pas en considération les écoulements jaunâtres [As-Sufrah] et marrons [Al-Kudrah] après la purification. ». Ainsi, son jeune est valide.


Question n°48 : Certaines femmes saignent en dehors de la période de leur cycle. Est-ce que cela a une incidence sur leur jeûne?

Réponse : Si le cycle de la femme a une période connue et que les saignements ont lieu en dehors de cette période connue alors ceci est une métrorragie et elle ne doit pas délaisser le jeune et la prière pour cela.
Mais si c’est du sang noirâtre qui s’écoule d’elle, qu’elle n’a pas de période de cycle précise et que ces saignements semblent être du sang de menstrues, elle doit rompre le jeune et il ne lui est pas permis de jeuner en étant en état de menstrues.


Question n°49 : Est-ce que la femme a le droit d’utiliser les pilules empêchant l’arrivée des menstrues afin de retarder ces dernières et terminer le jeûne (du mois) ?

Réponse : Il est permis à la femme d’utiliser les pilules qui empêchent la menstruation à cause de l’intérêt que cela représente pour elle si elle jeune avec les gens. Mais il faut que cela ne lui nuise pas car l’utilisation de ces pilules cause du tort à certaines femmes.


Question n°50 : Si la femme ressent les douleurs des menstrues ou si elle ressent des changements internes (précédant habituellement les menstrues) mais qu’elle ne saigne pas avant le coucher du soleil, est-ce que son jeûne ce jour-là est valide ou doit-elle le rattraper?

Réponse : Si la femme ressent les douleurs du cycle ou qu’elle sent des changements internes précédant habituellement les menstrues mais qu’elle ne saigne pas avant le coucher du soleil alors son jeune ce jour-là est valide et elle ne doit pas le refaire.


Question n°51 : Est-ce qu’il est permis à la femme enceinte ou à celle qui allaite de ne pas jeûner le mois de Ramadan et que doit-elle faire si elle ne Jeûne pas?

Réponse : La femme enceinte et celle qui allaite ont le meme statut légal que le malade. Si le jeune lui est difficilement supportable, elle peut ne pas jeuner mais doit le rattraper dès qu’elle le peut tout comme le malade et le voyageur.
Le Prophète (saw) a dit: « Allah a certes dispensé le voyageur du jeûne et d’une partie de la prière et dispensé la femme enceinte et celle qui allaite du jeûne. »
(Rapporté par Abu Daoud, AL Albani)


Question n°52 : Est-ce qu’il est permis à la femme d’utiliser le Khôl et les produits de beauté ou est-ce que cela a une incidence sur son jeûne ? Et quel est le jugement concernant le fait de se mettre du henné pour une femme qui jeûne ?

Réponse : Le Khôl et les produits esthétiques ne rompent pas le jeune, les pommades qui s’appliquent sur le corps du jeuneur, le henné, le maquillage et autres produits semblables à ceux-là non plus. Il est permis au jeuneur d’utiliser ces produits sans que cela n’ait d’incidence sur le jeune.
Mais la femme doit faire attention et éviter de montrer sa parure en présence d’hommes étrangers afin de s’écarter de la tentation et de la débauche.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer