Hadiths

L’aide d’Allah et Sa protection

Commentaire de Sheikh Al-‘Uthaymîn


Louange à Allah, que la prière et le salut soient sur son prophète Mohamed sur sa famille et sur tous ceux qui le suivent jusqu’au jour de la résurrection.


‘Abd Allah ibn ‘Abbâs (ra) a dit : J’étais [ un jour ] derrière le Prophète (saw) et il me dit :

« Ô jeune homme, je vais Renseigner quelques préceptes. Garde Dieu, Dieu te gardera. Garde Dieu, tu le trouveras devant toi. Quand tu as une demande à adresser, adresse-la à Dieu. Quand tu cherches de l’aide, demande-le à Dieu. Sache-le, si la communauté se réunissait pour t’être utile, ses membres ne te seraient utiles que par quelque chose que Dieu aurait écrit en ta faveur. Et s’ils se réunissaient pour te causer dommage, ils ne te causeraient dommage que par quelque chose que Dieu aurait écrit à ton encontre, les calâmes fussent-ils relevés et les feuillets secs ».

La Version présentée authentique Rapporté par At-Tirmidhi

Selon une version autre que celle rapportée par at-Tirmidhi, il y a ceci :

« Garde Dieu, tu Le trouveras devant toi. Connais Dieu dans les moments d’aisance, Il te connaîtra dans les moments de détresse. Sache que rien de ce qui doit te manquer ne saurait t’atteindre et rien de ce qui doit t’atteindre ne saurait te manquer. Sache que le secours vient après la patience, la délivrance suit la détresse et le mésaise de plus d’aise s’accompagne »

La version présentée d’une faible autorité canonique Rapporté par Hakim

Commentaire

Les paroles d’Ibn ‘Abbâs (ra) : « J’étais derrière le Prophète (saw) » supposent qu’il était derrière lui en croupe sur sa monture, ou il marchait simplement derrière lui, peu importe, l’essentiel est qu’il lui a fait cette grande recommandation.

« Je vais t’enseigner quelques préceptes » : Le Prophète (saw) a commencé ainsi par attirer l’intention d’Ibn ‘Abbâs vers ce qui va être dit par la suite.

Le premier précepte : « Garde Dieu » c’est à dire : Garde Ses limites Ses lois en accomplissant Ses ordres et en évitant Ses interdits.

Le deuxième précepte : « Il te gardera » ceci dit, II te gardera dans ta religion, ta famille, tes biens et ta personne, car Dieu rétribue les bel-agissants en fonction de leur bel-agir. Cela sous-entend que celui qui ne garde pas les limites sacrées de Dieu et Ses injonctions ne mérite pas d’être gardé par Lui -Puissant et Majestueux-

Le troisième précepte : « Quand tu as une demande à adresser, adresse-la à Dieu » : Quand tu as besoin de quelque chose, demande-la à Dieu et ne demande rien aux créatures. Et si tu as adressé une demande à une créature dans ce qu’elle est capable de faire, sache que ce n’est qu’une cause parmi d’autres, le vrai causateur est en fait Dieu -Puissant et Majestueux-, appuie-toi entièrement sur Lui.

Le quatrième précepte : « Quand tu cherches de l’aide, demande-la à Dieu » : Quand tu veux de l’aide, ne la demande qu’à Dieu, c’est Lui qui tient dans Sa Main le royaume des cieux et de la terre. Si tu es sincère dans ta recherche de l’aide auprès de Lui et tu t’en remets à Lui, Il t’aidera. Quand tu demandes de l’aide à une créature, dans ce qu’elle est capable de faire, aie la conviction que ce n’est qu’une cause, et que c’est Dieu qui l’a mis à ton service.

Le cinquième précepte : « Sache-le, si la communauté se réunissait pour t’être utile, ses membres ne te seraient utiles que par quelque chose que Dieu aurait écrit en ta faveur » : Si la communauté entière, de son début jusqu’à sa fin, se réunissait pour t’être utile, ses membres ne te seraient utiles que par quelque chose que Dieu aurait écrit en ta faveur. En vérité, l’utilité des créatures dont bénéficie l’homme provient de Dieu, c’est Dieu qui l’a écrite pour toi. Cela nous incite à s’appuyer sur Dieu le Très-Haut et que les membres de la communauté ne nous apportent un bien que par la permission de Dieu -Puissant et Majestueux-

Le sixième précepte : « Et s’ils se réunissaient pour te causer dommage, ils ne te causeraient dommage que par quelque chose que Dieu aurait écrit à ton encontre ». En effet, quand quelqu’un te fait du mal, sache que c’est Dieu qui l’a écrit pour toi, accepte donc le Décret de Dieu, et nul grief si tu essaies de repousser le mal de toi, car Dieu a dit :

« La rétribution d’une action mauvaise l’égalera en mauvaiseté »

(Coran 42 Verset 40)

Le septième précepte : « Les calâmes furent-ils relevés et les feuillets secs » : Ce que Dieu a écrit est déjà fini, les plumes du Décret sont déjà relevées, l’encre des plumes sur les pages du Décret sont déjà secs et il n’y aura pas de changement aux paroles de Dieu.

Dans l’autre version, il y a ceci :

« Connais Dieu dans les moments d’aisance, II te connaîtra dans les moments de détresse », c’est à dire : Acquitte-toi du droit de Dieu quand tu es en situation d’aisance tels qu’une bonne santé et des biens en abondance

« II te connaîtra dans les moments de détresse » : quand la santé se dégrade et la fortune disparaît et que tu as besoin de Dieu, II te connaîtra en vertu des œuvres salutaires que tu as faites, œuvres par lesquelles tu as connu Dieu -Puissant et Majestueux-

« Sache que rien de ce qui doit te manquer ne saurait l’atteindre et rien de ce qui doit l’atteindre ne saurait te manquer » : Ce que Dieu le Très-haut a décrété qu’il t’arrivera ne te manquera pas, mais il t’arrivera immanquablement car Dieu l’a décrété. En revanche, ce que Dieu a écrit qu’il te manquera ne t’atteindra jamais. Le décret revient à Dieu dans sa totalité. Cela pousse désormais l’homme à s’en remettre entièrement à son Seigneur.

« Sache que le secours vient après la patience » : Dans cette phrase, il y a incitation à la patience, car puisque le secours est lié à la patience, l’homme fera preuve de patience pour jouir par la suite du secours.

« La délivrance suit la détresse et le mésaise de plus d’aise s’accompagne » : La délivrance c’est la dissipation du mal et du chagrin, Dieu le Très-Haut a répété cette dernière phrase dans la sourate « L’épanouissement » :

« Assurément le mésaise de plus d’aise s’accompagne, le mésaise de plus d’aise s’accompagne »

(Coran 94 Verset 5-6)

Leçons tirées de ce Hadith

– La bonté et la bienveillance avec laquelle le Prophète (saw) traite celui qui est plus jeune que lui, « jeune homme », dit-il à Ibn ‘Abbâs, « je vais t’enseigner quelques préceptes ».

– Il convient à celui qui veut dire des paroles de grande importance de faire une introduction qui attire l’attention de l’interlocuteur. Avant d’entamer ses enseignements, le Prophète (saw) a dit : « jeune homme, je vais t’enseigner quelques préceptes ».

– Celui qui garde Dieu, Dieu le gardera (nous l’avions déjà expliqué)

– Celui qui néglige Dieu, c’est à dire qu’il néglige la religion de Dieu, Dieu le négligera et ne le regardera pas, Il a dit -exalté est-Il- :

« Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu ; II les a fait oublier eux-mêmes : ce sont eux les scélérats »

(Coran 59 Verset 19)

– Celui qui garde Dieu -Puissant et Majestueux-, II le guidera et l’orientera vers ce qui est bien. Et de la garde de Dieu à son égard s’ensuit nécessairement sa protection du mal, le Prophète (saw) a en effet dit :

« Garde Dieu, tu le trouveras devant toi » (dans l’autre version : « tu le trouveras en face de toi »)

– Quand l’homme a besoin d’aide, qu’il le demande à Dieu, mais il n’y a pas d’empêchement à ce qu’il demande à quelqu’un d’autre que Dieu de l’aider dans ce qu’il est capable de faire, conformément à ce qu’a dit le Prophète (saw) :

« Tu aides quelqu’un à s’installer sur sa monture ou à la charger et voilà pour toi une aumône »

(Passage d’un Hadîth rapporté par al-Boukhâri et Muslim)

– Les membres de la communauté ne peuvent pas apporter un avantage à quelqu’un sauf si Dieu l’a écrit pour lui, ils ne peuvent pas, non plus, faire du mal à quelqu’un sauf si Dieu l’a écrit à son encontre.

– A l’homme d’avoir l’espoir en Dieu et de ne pas se tourner vers les créatures, car les créatures ne peuvent lui valoir ni dommage ni avantage.

– Toute chose est écrite et déjà décidée. Il a été rapporté de façon certaine que le Prophète (saw) a dit que Dieu a décrété les destinées des créatures avant de créer les cieux et la terre de cinquante mille ans.

– Dans l’autre version, on tire comme leçon que l’homme qui connaît Dieu par ses actes d’obéissance quand il jouissait de la bonne santé et de l’aisance, Dieu le connaîtra quand il se trouve dans la détresse, ainsi Il se montrera bienveillant à son égard, l’aidera et dissipera le mal dont il souffre.

– Si Dieu a écrit qu’une chose arrivera à quelqu’un, elle ne le manquera pas. S’il n’a pas écrit cette chose pour lui, elle ne l’atteindra jamais.

– L’annonce de la grande bonne nouvelle aux patients et que l’assistance divine est liée à la patience.

– L’annonce de la deuxième grande bonne nouvelle à savoir que la délivrance et la dissipation de l’étroitesse sont liées à l’état de détresse, quand la détresse s’accentue chez l’homme, ceci annonce l’approche de la délivrance.

– L’annonce de la troisième grande bonne nouvelle : quand le mésaise touche l’homme, qu’il attende alors l’approche de l’aise, le Très-Haut a dit :

« Assurément le mésaise de plus d’aise s’accompagne, le mésaise de plus d’aise s’accompagne »

(Coran 94 Verset 5-6)

Désormais, quand tes affaires se compliquent, réfugie-toi auprès de Dieu – Puissant et Majestueux – en attendant qu’il te donne une issue et en étant convaincu de Sa promesse.


Sur ce, Que la Paix de Dieu soit sur vous et vous accompagne partout où vous êtes.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer