Rappels Islamiques

J-2 : Questions/ Réponses sur le jeûne de Ramadan


Louange à Allah, que la prière et le salut soient sur son prophète Mohamed sur sa famille et sur tous ceux qui le suivent jusqu’au jour de la résurrection


Qu’est-ce que les musulmans tirent du jeûne?

L’un principaux avantages du Ramadan qu’on entend souvent, c’est la compassion accrue pour les nécessiteux qui vivent ainsi toute l’année. Mais c’est surtout une école spirituelle, un sentiment d’auto-épuration et de réflexion particulière, une attention renouvelée à la spiritualité. Les musulmans apprécient également le sentiment d’unité partagé par la famille et les amis tout au long du mois. Le Ramadan est une leçon annuelle de retenue et de discipline qui peut mener à d’autres aspects de la vie d’un musulman comme le travail et l’éducation.

Pourquoi le Ramadan commence un jour différent chaque année ?

Parce que le Ramadan est un mois lunaire. Le mois lunaire comportant 29 ou 30 jours, il commence donc environ 11 jours plus tôt chaque année. Tout au long de la vie d’un musulman, le Ramadan tombera pendant les mois d’hiver, quand les jours sont courts, et les mois d’été, quand les jours sont longs et que le jeûne est plus difficile. De cette façon, la difficulté du jeûne est également répartie entre les musulmans vivant dans les hémisphères nord et sud

Qu’en est-il du jeûne de celui qui ne prie pas hors moi de Ramadan ?

Tout d’abord, la personne doit savoir qu’en islam, ne pas prier est un grand péché à la base parce que la prière est un des piliers de l’islam. Cela s’applique donc aussi pendant le mois de ramadan. Il faut profiter de cette occasion pour commencer la prière. Toutefois, le jeûne est valable.

Arracher une dent annule-t-il le jeûne ?

Arracher une dent ne rompt pas le jeûne, sauf s’il y a un risque d’avaler des produits ou du sang. Si la personne est sûre de ne rien avaler alors elle peut se faire arracher une dent. Autre cas, dans la mesure où la personne a une forte douleur et a besoin de médicament, elle peut rompre son jeûne et le rattraper plus tard.

Un voyageur qui ne jeûne pas, peut-il avoir des rapports sexuels ?

Oui c’est possible : quelqu’un qui est en voyage, n’a pas à jeûner, rentre chez lui et retrouve sa femme, peut avoir des rapports puisque sa journée n’a pas été jeûnée. Toutefois, ce cas n’est possible que si sa femme ne jeûne pas. Par exemple, dans le cas où ses menstrues se sont interrompues après le fajr et qu’elle a fait ses grandes ablutions, car l’épouse est sensée être en état de jeûne.

Que doit-on faire en cas de vomissement pendant les journées du mois de Ramadan ?

Il ne faut pas se faire vomir intentionnellement. Et il ne faut pas avaler son vomir, l’essentiel est que le vomissement ne rentre pas dans l’estomac. Dans ce cas le jeûne reste valable.

Que doit faire le voyageur pendant le mois de Ramadan ?

Le mieux est d’arriver à jeûner pendant son voyage mais si cela est difficile, il peut ne pas jeûner et rendre ses jours après le mois de ramadan.

« Pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’autres jours »(Coran 2 Verset 184)

Est-il permis au jeûneur de se parfumer ou de sentir du parfum ?

Ceci est permis et n’a aucune incidence sur le jeûne.

Est-il permis de se doucher ou de prendre un bain dans le but de se rafraichir ou d’apaiser la soif en plein jour de Ramadan?

Ceci est permis car le Prophète (saw) versait de l’eau sur sa tête pour se rafraichir et pour apaiser sa soif. ‘Omar ibn al-Khattab (ra) mouillait ses vêtements pour le même but. Néanmoins, le jeûneur doit prendre ses précautions pour ne pas avaler d’eau.

Est-il permis d’utiliser le siwak pendant le jeûne ? Est-il permis d’utiliser du dentifrice ?

Il est permis d’utiliser le siwak pendant le jeûne étant donné la portée générale du hadith : 

« Le siwak est une purification buccale et procure l’agrément de Dieu »(Rapporté par Ahmed)

Il est également permis d’utiliser du dentifrice en prenant garde à ne pas l’avaler.

Les prises de sang et le saignement invalident-ils le jeûne ?

Les prises de sang ainsi que les saignements n’ont aucune incidence sur le jeûne y compris les saignements dus à la métrorragie chez la femme.

Est-ce que toute sorte de maladie dispense du jeûne ?

Il y plusieurs sortes de maladies :

– Si la maladie est légère et ne rend pas le jeûne insupportable, le malade doit impérativement jeûner et ne peut être dispensé du jeûne.

– S’il s’agit d’une maladie passagère qui rend le jeûne pénible, après consultation d’un médecin de confiance. Le malade ne jeûne pas et récupère les jours manqués au terme du Ramadan à n’importe quel moment de l’année avant le prochain Ramadan.

– S’il s’agit d’une maladie chronique et incurable et si le jeûne est préjudiciable, à même d’accentuer la maladie, alors le malade doit interrompre le jeûne ou ne pas jeûner et devra compenser en offrant à un pauvre un repas moyen pour chaque jour manqué.

Quel est le statut des injections (piqûres) ?

S’il s’agit d’injections thérapeutiques, elles n’ont aucune incidence sur le jeûne y compris les intraveineuses.

S’il s’agit de perfusion apportant du glucose au corps, donc nourrissant le corps, certains savants considèrent que ceci annule le jeûne, pendant que d’autres estiment que ceci n’invalide pas le jeûne étant donné que rien ne parvient à l’estomac par la voie habituelle qui est la bouche conformément à la définition de ce qui annule le jeûne. Ceci dit, la personne qui a atteint ce stade est généralement dans un état maladif le dispensant du jeûne.

Est-il permis de mettre des gouttes dans les yeux, dans les oreilles ou dans le nez (pulvérisations) en état de jeûne?

Ceci est permis car les yeux, les oreilles et le nez ne sont pas la voie habituelle menant à l’estomac.

Est-il permis d’utiliser les aérosols bronchodilatateurs (ventoline) pour les asthmatiques pendant le jeûne ?

Ceci est permis car il ne s’agit ni de nourriture ni de boisson ni de ce qui va dans leurs sens.

Si la femme constate la cessation des menstrues ou des lochies pendant la journée de Ramadan, doit-elle jeûner le restant de la journée ?

Il n’a pas à jeûner le restant de la journée. Ibn Mas’oud (ra) dit : 

« Quiconque a mangé (pour une raison valable) au début de la journée, qu’il mange jusqu’à au terme de la journée. »

Le jeûneur peut-il utiliser les suppositoires médicaux ?

Cela lui est permis car ils n’entrent pas dans la catégorie des aliments et des boissons.

Est-ce que la permission de rupture du jeûne est valable pour les chauffeurs de voiture et de poids lourds qui travaillent continuellement entre les villes lors des journées de Ramadan ?

Le jugement du voyageur s’applique aussi aux chauffeurs de camions qui voyagent, ils peuvent raccourcir les prières, les rassembler et rompre le jeune mais ils doivent rattraper le jeune manque avant le mois de Ramadan suivant.

Quant aux chauffeurs a l’intérieur des villes, il ne leur est pas permis de rompre le jeune et les règles régissant le voyage ne s’appliquent pas a eux car ce ne sont pas voyageurs.

Si la femme se purifie des menstrues ou des lochies avant l’aube et ne se lave qu’après le lever de cette dernière, son jeûne est-il valide ? Et si un homme ou une femme retardent le lavage suite au rapport intime jusqu’après l’aube, leur jeûne est-il valide ?

Le jeune de la femme qui sort de sa période de menstrues ou de lochies avant l’heure du Fajr est valide même si elle retarde son lavage rituel jusqu’après le lever de l’aube. Et aussi celui qui a une impureté due a un rapport intime depuis la nuit et qui retarde le bain rituel jusqu’a l’aube, son jeune est valide et ce parce que notre mère ‘Aicha (ra) a dit:

« Le Prophète se réveillait le matin en état de souillure due à un rapport intime avec ses épouse, il se lavait et jeûnait. »

Ceci est la preuve que le Prophète ne se purifiait de la souillure du coït qu’après le lever de l’aube. La femme en état de menstrues, celle en état de lochies et le souille par le coït sont tous concernes par cette règle.

Si la femme sort de sa période de lochies avant la fin des quarante jours, doit-elle jeûner?

Oui, si la femme sort de sa période de lochies avant la fin des quarante jours elle doit prier et jeuner et son mari a le droit d’avoir des rapports vaginaux avec elle. Si elle se purifie après vingt ou trente jours par exemple, elle a un statut de femme purifiée mais si les saignements reprennent avant la fin des quarante jours elle doit les considérer comme des lochies.

Quant aux prières et au jeune qu’elle a accomplis quand elle était en état de pureté, ils sont valides et elle ne doit rien en rattraper vu qu’ils ont été accomplis en état de pureté.

Une femme a délaissé le jeûne de plusieurs jours pendant Ramadan à cause des menstrues et ne rattrapait pas les jours manqués et ignore leur nombre, que doit-elle faire ?

Elle doit se repentir a Allah, Lui demander pardon pour ce péché. Elle doit aussi essayer de se rappeler les jours qu’elle a manques et les rattraper.

Une femme a jeûné alors qu’elle doutait de sa purification des menstrues, quand elle s’est réveillée elle s’est rendue compte qu’elle était effectivement en état de pureté. Est-ce que son jeûne prend effet alors qu’elle n’était pas sûre d’être purifiée ?

Le jeune de cette femme ne prend pas effet, elle devra rattraper ce jour car la continuité des menstrues est la base et le fait qu’elle entre dans un état de jeune alors qu’elle n’était pas certaine d’être purifie est une entrée dans une adoration avec un doute concernant une des conditions de sa validité, donc pas d’intention et ceci l’empêche de prendre effet.

Une femme a eu ses menstrues pendant six jours puis s’est purifiée et a vu la marque de la purification mais un jour après cela elle a vu des écoulements marrons (Kudrah), quel est le jugement dans ce cas ?

Quand une femme en état de menstrues voit la marque de purification et que, par la suite, des écoulements marrons (Kudrah) surviennent, elle jeune parce que Um’AŃiyyah (ra) a dit:

« Nous ne prenions pas en considération les écoulements jaunâtres [As-Sufrah] et, marrons [Al-Kudrah] après la purification. »

Ainsi, son jeune est valide.

Certaines femmes saignent en dehors de la période de leur cycle. Est-ce que cela a une incidence sur leur jeûne?

Si le cycle de la femme a une période connue et que les saignements ont lieu en dehors de cette période connue alors ceci est une métrorragie et elle ne doit pas délaisser le jeune et la prière pour cela. Mais si c’est du sang noirâtre qui s’écoule d’elle, qu’elle n’a pas de période de cycle précise et que ces saignements semblent être du sang de menstrues, elle doit rompre le jeune et il ne lui est pas permis de jeuner en étant en état de menstrues.

Certaines personnes attendent l’arrivée du Ramadan suivant alors qu’ils n’ont pas encore rattrapé les jours manqués du Ramadan précédent. Que doivent-ils faire dans ce cas ?

Celui qui agit ainsi doit se repentir a Allah de cet acte car il n’est pas permis a celui qui doit des jours de Ramadan d’en retarder le rattrapage jusqu’au Ramadan suivant sans excuse valable et ce a cause de la parole de ‘Aicha (ra)

« Il m’arrivait d’avoir des dettes de jeûne du Ramadan, et je ne pouvais les acquitter qu’au mois de Sha’bân »

Ceci prouve qu’on ne peut retarder le rattrapage du jeune manque au-delà du mois de Ramadan suivant. Celui qui agit ainsi devrait se repentir a Allah et rattraper les jours qu’il doit après le mois de Ramadan.

Celui qui doit rattraper des jours manqués du Ramadan, peut-il accomplir un jeûne surérogatoire avant de rattraper les jours de jeûne obligatoire qu’il a manqués ?

Il est permis a celui qui doit rattraper des jours manques du Ramadan d’accomplir un jeune surérogatoire, par exemple le jeune du jour de ‘Arafah, le jour de ‘Ashûrâ’ et autres jeunes confirmés par la Sunna, car tant qu’il a un délai suffisamment large pour qu’il puisse rattraper les jours de jeune obligatoire qu’il a manqués avant le Ramadan suivant, il peut se permettre de retarder. Nous attirons tout de même l’attention sur le fait qu’il est meilleur de d’abord rattraper ce qu’il doit car le rattrapage est une obligation et passe donc avant le (jeune) surérogatoire et le (jeune obligatoire) est meilleur que le surérogatoire.

Quel le jugement du malade qui ne se rétablit pas avant l’arrivée du Ramadan suivant et qui n’a pas rattrapé son jeûne manqué et meurt après Ramadan. Doit-on rattraper son jeûne ou nourrir des pauvres en expiation pour lui?

Si le musulman meurt suite a sa maladie après la fin du mois de Ramadan, alors il ne doit pas de rattrapage du jeune ni d’expiation car il est légalement excuse. Et il en est de même pour le voyageur s’il meurt pendant son voyage ou juste après son arrivée a destination, il ne doit pas de rattrapage du jeune ni d’expiation car fait partie des personnes excusées légalement.


Et Allah seul détient La Vérité
Sur ce, Que la Paix de Dieu soit sur vous et vous accompagne partout où vous êtes.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page